mercredi 13 mars 2013

Une parfaite chambre de malade, Yoko Ogawa

Ce livre comporte deux nouvelles :

Une parfaite chambre de malade nous raconte l'histoire d'une jeune fille dont le frère cadet, malade, vit les derniers mois de sa vie dans une chambre d'hôpital. Elle vient le voir chaque jour et se crée ainsi entre eux une intimité qui n'existait pas auparavant. 

C'est une belle histoire sur la fin de vie, sur le temps qui passe inexorablement mais également sur l'amour entre un frère et une soeur :

"Jusqu'alors, je ne savais pas que mon frère pouvait être aussi attachant. Lorsque j'étais assise sur le sofa à côté de son lit, je m'appliquais à recueillir les sentiments que j'éprouvais envers lui. Cela ressemblait à une histoire d'amour qui commence. C'était tiède et doux comme lorsqu'on tient un bébé tout nu dans ses bras. Je suis toujours ainsi quand je commence à aimer quelqu'un."
Cette nouvelle nous parle également du difficile chemin des personnes qui accompagnent un proche dans ces derniers moments. Le passé qui ressort inévitablement et on en apprend plus sur la narratrice et ses obsessions.

La désagrégation du papillon nous parle d'une jeune femme qui est contrainte de placer sa grand mère dans une maison de retraite et le vide que l'absence représente pour elle ainsi que la culpabilité qu'elle ressent. Élevée par sa grand mère, elle a ainsi perdu son point de repère dans la vie et son placement la conduit à une introspection entre rêve et réalité.

Cette nouvelle est plus dérangeante, j'ai eu des difficultés à suivre la narration et j'ai nettement préférée Une parfaite chambre de malade. Pour autant La désagrégation du papillon a le mérite d'aborder le thème de la fin vie et du sort des personnes âgées et notamment celles atteintes de sénilités. 

Ces nouvelles sont originales et abordent tout en pudeur des thèmes difficiles.


J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge Écrivains japonais organisé par Adalana.

Logo écrivains japonais_1


5 commentaires:

  1. Merci pour ta participation ! Tu n'es pas la première personne à avoir préféré la première nouvelle à la seconde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La 2e est effectivement plus difficile d'accès.

      Supprimer
  2. Le sujet de la première nouvelle semble effectivement très intéressant. Par contre, je ne suis pas très friande du format nouvelles en général. Mais pourquoi pas, ce peut être une intéressante nouvelle rencontre avec Yogo Ogawa :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était mon cas également, je n'aimais pas trop les nouvelles, mais je trouve que cela permet de découvrir des auteurs par le biais de format plus court.

      Supprimer
  3. ressenti très proche pour ma part, avec déception pour la 2e nouvelle

    RépondreSupprimer