vendredi 30 mai 2014

Le confident, Hélèné Gémillon

Camille vient de perdre sa mère dans un accident banal, alors qu'elle est en train de faire le tri dans toutes les lettres de condoléance, elle découvre une lettre étrange et non signée, elle pense dans un premier temps à une erreur. Puis, en recevant les suivantes, elle comprend peu à peu que ces lettres lui sont adressées et qu'elle l'a concerne directement, au du moins son histoire familiale.

C'est un beau roman, toute en finesse, qui nous raconte pourtant une histoire terrible, celle d'une femme qui n'arrive pas à tomber enceinte, dans une époque où la femme ne peut se réaliser exclusivement qu'à travers la maternité. C'est un roman sur les origines, les non dits familiaux, qui sont encrés en nous sans pour autant que l'on en est conscience.

Louis et Annie ont grandi ensemble dans un petit village où tous se connaisse, c'est une histoire d'amour empêchée par les malentendus et les secrets. C'est Louis qui raconte cette histoire une trentaine d'année plus tard, son histoire mais aussi celle d'Annie et d'autres personnages qui vont croisés leur chemin à tout les deux et changer leur destin sous fond de deuxième guerre mondiale, ce qui ne peut que compliquer encore un plus les événements.

On peut être choquer ou indigner par les agissements de certains personnages, mais malgré leur côté répréhensible moralement et juridiquement, on ne peut être que touché par la détresse de cette femme mis au ban d'une société qui n'admet pas l'infertilité et qui accuse la femme d'en être la responsable, tout ne serait que question d'hygiène... Par ailleurs, l'ouvrage que consulte le personnage dont le titre est : "Hygiène et physiologie du mariage. Histoire naturelle et médicale de l'homme et de la femme mariés. Hygiène spéciale de la femme enceinte et du nouveau-né" écrit par Auguste Debray est édifiant (rien que le titre, c'est tout un poème....)et si rien n'excuse vraiment le comportement de cette femme, on ne peut comprendre sa détresse et sa volonté d'avoir un enfant par n'importe quel moyen et quel qu'en soit le prix.

La deuxième guerre mondiale n'est qu'en arrière fond dans cette histoire mais elle permet de replacer les personnages dans un contexte et permet l'évocation d'un passé où rien n'est ni tout noir, ni tout blanc, où les bons et les méchants ne sont pas toujours ceux que l'on croit, et où l'on sait qu'il y a toujours plusieurs version à une histoire. 

Et puis, surtout, la force de ce roman, un peu écrit comme un polar, c'est de nous faire réfléchir sur les conséquences que peut avoir une simple phrase, un peu dites sans trop y penser, et les répercussion qu'elle peut avoir sur toute votre vie.

C'est un roman qui m'a touché, ému et un peu remué. L'écriture est simple et sans fioriture, en même temps l'histoire a une telle force intrinsèque que cela semble inutile d'en faire plus. La forme épistolaire n'est pas forcément originale, bien l'auteur l'a maîtrise parfaitement, elle permet de donner à chacun des personnages un voie qui lui est propre dans le roman. L'auteur sait conserver le suspens jusqu'à la dernière page qui nous relève encore un dernier secret alors qu'on pensait avoir déjà tout compris. Ce roman où le thème de la filiation et des origines sont parfaitement abordés, vous permettra de passer un moment fort de lecture. Un très beau premier roman!





2 commentaires:

  1. C'est un premier roman très sympa et qui mérite d'être lu. Des bises

    RépondreSupprimer
  2. J'avais bien aimé cette lecture, également.

    RépondreSupprimer